Viscose / Crêpe / Polyester : quelles différences et quels usages ?

Nous sommes heureuses de vous retrouver pour une nouveau chapitre de cette section sur les textiles.

Afin de répondre le plus précisément possible à vos besoins, Cousette et Artesane ont décidé de s’inspirer des questions que vous leur adressez quotidiennement sur les tissus pour articuler leur réflexion.

Aujourd’hui, nous allons tâcher de vous éclairer sur les propriétés, les usages et les différences entre la viscose, le polyester et le crêpe, c’est-à-dire deux types de fibres différentes et un type de tissage.

Commençons par un petit rappel sur les types de fibres.

Viscose versus polyester : fibre artificielle versus fibre synthétique

Fibre artificielle vs fibre synthétique ?

Souvenez-vous, vous avez deux grandes familles de fibres, les fibres naturelles (d’origine animale ou végétale comme la laine ou le coton) et les fibres chimiques, qui sont obtenues à partir d’une réaction chimique.

La viscose comme le polyester appartiennent aux fibres chimiques : cela signifie que l’une comme l’autre vont subir des traitements chimiques pour être transformées en fibre.

Pour autant les fibres chimiques sont elles-mêmes divisées en deux sous-catégories très différentes :

  • Les fibres artificielles auxquelles appartient la viscose

  • Les fibres synthétiques auxquelles appartient le polyester

Les fibres artificielles sont fabriquées à partir de matières naturelles auxquelles il est nécessaire d’apporter un traitement chimique pour qu’elles puissent être transformées en fibres.

Les fibres synthétiques sont obtenues comme leur nom l’indique par synthèse entre différents composés chimiques. La grande majorité d’entre elles proviennent de la synthèse d’hydrocarbures ou d’amidon.

Cette différence fondamentale entre les fibres artificielles et les fibres synthétiques posée, on se doute que même si elles peuvent parfois avoir un aspect similaire, leurs propriétés ne seront pas les mêmes.

Quelle différence donc entre une viscose et un polyester?

Reconnaître et connaître la viscose et le polyester

Chez Cousette, nous vous précisons toujours la composition de nos textiles, mais vous pouvez avoir dans votre stock personnel des étoffes dont vous ignorez la provenance et la viscose et le polyester peuvent parfois être difficiles à différencier.

Commençons donc par apprendre à reconnaître une viscose d’un polyester grâce à un test simple, celui de la combustion. Il vous suffit d’un briquet, d’une coupelle et d’un échantillon de votre tissu.

Ce test est l’occasion de se rendre compte que la frontière est mince entre une fibre naturelle et certaines fibres artificielles (les fibres artificielles proviennent pour la plupart de la cellulose des végétaux mais leurs propriétés et leur comportement est déterminé chimiquement par l’homme). En effet, que l’on soit face à du coton, du lin ou face à une viscose (d’origine cellulosique aussi…), la combustion va être identique.

Une viscose va se consumer de la même manière qu’une fibre végétale, la combustion produira donc : 

– À la vue : les fibres végétales brûlent vite et laisse une cendre grisâtre et poudreuse.

– Au toucher : la cendre est poudreuse, légère, très fine. Elle est comparable à la cendre produite par du bois ou du papier brûlé.

À l’inverse un polyester ne se consume pas…il fond ! Là encore, nous pouvons comparer la fusion (elles fondent au lieu de brûler) des fibres synthétiques à quelque que chose que nous connaissons : la fusion du plastique, à base de pétrole lui aussi.

La fusion d’un textile en fibre de polyester produira donc : 

– À l’odeur : cela sent le plastique brûlé

– À la vue : le résidu est noir, on constate que la fibre fond et se recroqueville sur elle-même.

– Au toucher : le résidu est dur, vous ne pouvez pas l’effriter entre vos doigts.

 

La viscose

La viscose est donc un textile tissé ou tricoté (il existe des jerseys de viscose par exemple) à partir de fibres artificielles. Ces fibres sont issues du retraitement chimique de la cellulose.

Ce retraitement chimique a été conçu en 1884 par deux Français soucieux d’obtenir un textile soyeux sans avoir besoin de ver à soie et donc proposer une matière plus économique… c’est pour cela que l’on qualifie parfois la viscose de « soie artificielle ».

Les propriétés de la viscose en font un textile très séduisant puisqu’elle concilie à merveille les qualités de certaines fibres végétales dont elle est proche comme le coton et les avantages conférés par un retraitement chimique.

Comme le coton donc, un textile de viscose possède un fort pouvoir absorbant et ne feutrera pas. Il peut froisser très facilement.

En revanche le retraitement chimique de la celullose lui confère cet aspect soyeux, fluide et beaucoup moins cassant qu’une fibre de coton pure. Selon la composition du textile, certaines viscoses froisseront moins que d’autres, le retraitement chimique appliqué permettant de limiter cet inconvénient.

Attention, humide la viscose peut prendre un aspect et une texture cartonneux qu’il faudra prendre soin de repasser avec application pour ne pas marquer le tissu.


Viscose, rayonne, fibranne…quelle différence ?

Petit aparté sur des termes que vous entendrez souvent pour parler de la viscose. La rayonne et la fibranne sont deux types de viscoses différents. La fibranne est une viscose à base de fibres courtes, que l’on associe par torsion tandis que la rayonne est une viscose à fibre longue et continue. Lorsque l’on parle de soie artificielle, il s’agit le plus souvent de rayonne puisqu’une fibre longue est nécessaire pour imiter la soie, (la fibre naturelle la plus fine et la plus longue). Lorsqu’un textile de viscose est tricoté, il s’agit en revanche plus fréquemment de fibranne, les fibres courtes se prêtant mieux à l’opération.


La plupart des viscoses seront donc idéales pour vous coudre des jolies blouses fluides, des robes chemises, des couples floues mais peu vaporeuses. C’est un textile qui présentera spontanément un beau drapé et qui sera agréable à porter été comme hiver grâce à son fort pouvoir absorbant….vous n’aurez jamais l’impression d’étouffer dans une viscose. Attention, ce n’est pas un tissu très isolant à l’inverse d’une soie par exemple.

Entretien et couture

C’est un textile d’entretien facile, qui ne rétrécira pas au lavage (attention….cela n’est pas une excuse pour ne pas décatir votre tissu) mais qui demandera un repassage systématique.

Un conseil néanmoins : pensez à stabiliser votre tissu avant la coupe et la couture, à l’aide d’une spray d’amidon (fabulon par exemple) car c’est un tissu fuyant, fluide, presque vivant. Il faut donc être méticuleuse et prendre le temps nécessaire pour ne pas gâcher son joli coupon.

N’hésitez pas non plus à étendre et à épingler la viscose sur du papier de soie au moment de la coupe, cela contribuera à une stabilisation parfaite du tissu.

Le polyester

Fibre brevetée dans les années 40 par les Britanniques , le polyester est la fibre synthétique la plus produite à l’échelle mondiale.

Synthétisant des polymères d’hydrocarbures, la fibre de polyester peut revêtir des aspects et des drapés différents selon l’armure ou les différents apprêts qui lui sont appliqués.

Néanmoins, il est possible de définir quelques propriétés systématiques.

C’est une fibre très fine (trois fois plus fine que la soie, ce qui lui confère très souvent un beau drapé) quasi infroissable, non extensible, qu’il ne faut pas repasser à fer trop chaud au risque de voir votre tissu fondre. Peu absorbante, voir étanche, elle sèche rapidement mais elle est logiquement beaucoup moins « respirante » qu’une fibre naturelle ou artificielle.

Cela explique l’effet étuve que vous pouvez ressentir dans certains polyesters de mauvaise qualité.

Le polyester n’est donc pas nécessairement un mauvais choix et il existe de merveilleux textiles constitué exclusivement de fibres polyester. Un polyester de bonne qualité se comportera avec souplesse, présentera un aspect mat et froissera peu.

Le polyester est utilisé dans de très nombreuses compositions textiles. Difficile de vous conseiller un type de vêtement à coudre.

Un jacquard de polyester sera par exemple idéal pour certaines pièces structurées comme une veste ou une jupe droite. À l’inverse, un crêpe de polyester sera idéal pour une robe cache cœur ou une combinaison fluide.

Enfin, un lycra (le lycra est une marque composée à 100% de polyester) sera parfait pour un maillot de bain car c’est un polyester traité pour être extensible – ce qui n’est pas le cas habituellement du polyester- et totalement hydrophobe.

Entretien et couture 

La fibre de polyester est l’une des plus facile à entretenir. Lavable entre 40 et 60° en machine, ne dégorgeant pas (et donc ne déteignant pas), elle nécessite peu ou pas de repassage (à fer tiède seulement) et sèche très rapidement.

Comme le polyester n’est pas une fibre naturellement extensible, même un polyester fluide tel qu’un crêpe, se révèlera plus facile à coudre qu’un crêpe de viscose ou de soie.

Utilisez un fil polyester de préférence et une aiguille adaptée à votre tissu. Prenez garde à la chaleur de votre fer en ouvrant les coutures (utilisez une pattemouille) et tout devrait se passer merveilleusement.

Et n’oubliez pas de penser au polyester en mélange avec une fibre naturelle. C’est souvent l’occasion de bénéficier des avantages des deux types de fibres et de se débarrasser de leurs inconvénients.

Par exemple, un mélange coton et polyester sera respirant, fluide et moins rapidement froissé !

Un dernier point sur la notion de crêpe….

Quand nous recevons des questions sur les différences entre le polyester et la viscose, elles sont souvent assorties d’interrogation sur le crêpe.

Il est fréquent de confondre fibre et armure….le crêpe n’est pas une fibre. Il n’existe aucun textile « crêpe » tout court….il s’agit toujours d’un crêpe de fibre : crêpe de coton, crêpe de polyester, crêpe de viscose, crêpe de laine ou crêpe de soie !

Cela dit, c’est effectivement une armure qui souligne merveilleusement la fluidité d’un beau polyester ou d’une jolie viscose. Il est donc fréquent de trouver ce type d’alliance :

Armure crêpe + fibre polyester ou viscose

L’armure crêpe est constituée de fils torsadés et assemblées de manière irrégulière. Ces torsades associées au nombre de fils utilisés vont conférer un aspect plus ou moins granuleux et plus ou moins épais au crêpe.

Il existe différentes épaisseurs et type de crêpe dont vous connaissez certainement le nom : crêpe Georgette, crêpe de Chine (exclusivement en soie), Chirimen etc.

Dans tous les cas, les crêpes vous permettront d’obtenir un vêtement joliment drâpé avec un tombé plus ou moins lourd.

Envisagez des chemisiers ou des blouses pour les crêpes les plus fins et imaginez des robes, des combinaisons, des pantalons amples, des jupes culottes ou des vestes amples pour les crêpes moyens à lourds.

À la prochaine fois !

Commentaires

Répondre